Chroniques

Carry On – Rainbow Rowell

Carry On

couv75183323-gif

En bref :

Carry On a été écrit par Rainbow Rowell et a été édité en France par Pocket Jeunesse. Paru le 5 Janvier 2017 (VF), il compte 585 pages et s’inscrit dans le genre de l’aventure et de la romance. Il est généralement vendu aux alentours des 18.90€. C’est un livre unique.

Synopsis :

Simon Snow déteste cette rentrée. Sa petite amie rompt avec lui ; son professeur préféré l’évite ; et Baz, son insupportable colocataire et ennemi juré, a disparu. Qu’il se trouve à l’école de magie de Watford ne change pas grand-chose. Simon n’a rien, mais vraiment rien de l’Élu. Et pourtant, il faut avancer, car la vie continue…

Mon avis :

Ah, Carry On. La première fois que j’ai entendu parler de ce live, c’est sur la page Facebook de Pocket Jeunesse (ce genre de pages Facebook font très bien leur job : elles arrivent à vous faire craquer d’un seul regard). Puis je l’ai vu à la Fnac de Dijon lorsque j’étais en séjour là-bas. J’ai réussi à ne pas craquer malgré ma tentation (ma PAL est assez fournie comme ça) mais j’en entendais parler de partout. Je devais le lire. C’est finalement grâce à ma marraine que je l’ai eu entre les mains, car elle me l’a offert récemment pour mon anniversaire – merci encore à elle. Et comment dire … que je l’ai dévoré ? A peine entre mes mains que j’ai enchaîné les premiers chapitres sans attendre. Si, au final, je l’ai fini en une semaine, c’est parce que je me suis forcée à m’arrêter pour le faire durer. Histoire de me dire que je sais résister à la tentation, quoi.

Dès les premières lignes, n’importe quel lecteur (surtout ceux de ma génération) est obligé de faire le lien avec Harry Potter. C’est normal, il y a beaucoup de similitude : un orphelin découvre qu’il est un magicien, le directeur de l’école de magie du pays le ramène dans son établissement, sa meilleure amie est intelligente et talentueuse, son rival est plein de mystères, il combat des créatures fantastiques … Qui ne penserait pas au petit sorcier de J. K. Rowling ?

Mais les ressemblances s’arrêtent là. Je n’ai certes pas lu les Harry Potter mais je connais malgré tout l’univers grâce aux films. Et je le dis :

Simon n’est pas Harry. Pénélope n’est pas Hermione. Baz n’est pas Drago. Le Mage n’est pas Dumbledore. Le Humbrum n’est pas Voldemor. Watford n’est pas Poudlard.

Contrairement à ce que l’on s’attendrait, nous n’assistons pas à la rentrée de notre héros dans son école de magie. Quand l’histoire débute, Simon est déjà en dernière année. Nous ne découvrons pas l’établissement avec lui, puisqu’il le connaît déjà. Mais il se dessine au fil des pages et on se familiarise facilement avec l’école. Une école qui donne envie d’y étudier, pour sûr ! Simon ne nous a pas attendu pour vivre milles et unes aventures. Nous apprenons au détour d’une conversation les créatures qu’il a combattu et les épreuves qu’il a surmonté.

Le roman est à la première personne du singulier mais il alterne les points de vue. Nous sommes tantôt dans la tête de Simon, tantôt dans celle de Baz, tantôt dans celle de Lucyhuit personnages différents ont droit à leur petit passage à eux. J’ai déjà lu un livre dans lesquels s’alternaient plusieurs points de vue et je n’ai pas aimé l’expérience. Mais Carry On m’a réconcilié avec cette façon de faire. Car tous les personnages ont des choses intéressantes à raconter. Des aveux à faire. Notamment Baz.

“ Et au moment où je sentais que j’allais trop loin, je me raccrochais à la seule chose dont je suis toujours certain.
Les yeux bleus.
Les boucles cuivrées.
Le fait que Simon Snow est le magicien le plus puissant au monde. Que personne ne peut lui faire de mal. Même pas moi.
Que Simon Snow est vivant.
Et que je l’aime d’un amour désespéré. ”

Si je n’écoutais que moi, je refuserai de relever le moindre défaut à ce livre. Mais il faut bien être honnête ! Le petit bémol que je peux lui accorder, c’est le démarrage un peu lent. Si vous êtes pressé d’être lancé dans l’intrigue, vous risquez de trouver le début ennuyant. Personnellement, ça ne m’a même pas dérangé – j’ai aimé découvrir Watford et me familiariser avec les personnages. J’ai aimé ce début tout en douceur qui m’a laissé glisser tranquillement vers les choses sérieuses.

Bilan :

Je n’étais qu’au début du livre que je harcelais déjà une amie lectrice pour qu’elle se le procure. J’ai été envoûté dès les premières lignes, et je le suis restée jusqu’à la fin. Pour tout vous dire, au moment où j’écris ces mots, ça ne fait même pas une heure que j’ai refermé le bouquin. Je pense que je serais même capable de le relire immédiatement. Ce livre, c’est un bijou. La dernière fois que j’ai ressenti une chose pareille, c’est en finissant Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers. Et ce n’est pas un hasard : les couples homosexuels, ils auront un jour raison de mon petit coeur de fangirl

20/20 coup de coeur !!!

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

7 réflexions au sujet de « Carry On – Rainbow Rowell »

  1. Tiens, je ne me sens pas du tout visée lorsque tu parles de l’amie lectrice harcelée… Ahahah tu m’énerves ta chronique me donne encore plus envie de le lire, aie pitié de mon âme un peu, bon sang ! Enfin, ne t’en fais pas, tu m’as rejoins dans la secte AriDante, je te rejoindrai dans la secte SnowBaz :B

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s